Baisse des subventions : la grande brocante des collectivités locales – 28/01/18

le-parisien

 

 

Confrontées à la baisse des dotations de l’Etat, de plus en plus de collectivités locales mettent en vente sur Internet – et aux enchères – des biens immobiliers et toutes sortes d’équipements d’occasion.

Et si demain, vous deveniez l’heureux propriétaire d’un étang bucolique à Corbenay, en Haute-Savoie ? Ou d’une villa impériale à Deauville, d’une vieille Twingo de la municipalité de Reims, d’un ancien hôpital près de Saumur ou encore d’un presbytère à deux pas du Mont-Saint-Michel… Pour arrondir leurs fins de mois, les collectivités sont de plus en plus nombreuses à brader leurs bijoux de famille. Bâtisses, matériel agricole ou informatique, véhicules d’occasion, objets totalement insolites : tout y passe ! Et, la plupart du temps, pour une bouchée de pain. Les collectionneurs et les particuliers avides de bonnes affaires scrutent d’ailleurs les petites annonces postées par les villes, les départements et les régions sur des sites Internet comme Agorastore ou Webenchères. Mais ces derniers temps, le nombre de ventes aux enchères des collectivités a explosé. Chez Agorastore, qui travaille avec plus de 1500 villes et départements partout en France, on enregistre 60% de croissance annuelle depuis trois ans. « Rien qu’en 2016, les ventes ont été multipliées par quatre en volume », décrit Servan Ndjantcha, le directeur des ventes des collectivités locales.

2018-01-28_Parisien

 

« Aujourd’hui, elles vendent même les fonds de tiroirs »

« Au départ, elles proposaient des biens à forte valeur ajoutée. Aujourd’hui, elles vendent même les fonds de tiroirs, confirme Marie Le Roy, la responsable du service du développement informatique de Webenchères, qui comptabilise 2000 collectivités. L’idée, c’est évidemment de gagner de l’argent. Mais aussi d’arrêter d’en perdre. » Car entreposer de vieilles tondeuses dans des entrepôts ou entretenir des bâtiments anciens coûte cher. Or les collectivités n’en ont clairement plus les moyens.La faute à qui ? A l’Etat, dont les dotations aux collectivités ont fondu de 11,5Mds€ sur la période 2014-2017. Et ce n’est pas terminé. En juillet, le gouvernement avait mécontenté les élus locaux en annulant 300M€ de crédits qui leur était destinés, avant finalement de leur accorder un sursis pour 2018… Mais sur le quinquennant, Emmanuel Macron a été très clair : les collectivités territoriales devront participer à hauteur de 13 Mds€ aux économies afin de tenir son objectif d’une baisse de trois points des dépenses publiques par rapport au PIB. Annuellement, les dotations de l’Etat aux collectivités atteignent environ 50Mds€…

 

La vente de biens immobiliers se développe

« Avec la baisse des subventions, la plupart des collectivités n’ont pas d’autres choix que de chercher de nouvelles recettes, précise Servan Ndjantcha. Cela risque de s’intensifier avec la suppression progressive de la taxe d’habitation, qui donnera moins d’indépendance financière aux élus. » Chez Agorastore, la vente de biens immobiliers, possible depuis quatre ans, cartonne. « Elle leur permet d’enregistrer une recette immédiate, décrypte-t-il. Du coup, ces ventes se développent particulièrement. » Et spécialement en fin d’année, si l’on en croit ce responsable. Là, lorsqu’il faut boucler le budget et que les dépenses ont été plus lourdes que prévues, certaines collectivités redoublent d’énergie pour alimenter le stand – sur Internet- de leur brocante.

 

La caverne d’Ali Baba des collectivités

Vous raffolez du Bon coin pour dénichez la bonne affaire ? Prenez le temps de flâner sur les sites Agorastore ou Webencheres. Là, les collectivités locales et quelques professionnels bradent des produits complètement insolites. Tondeuses, utilitaires, sacoches pour ordinateurs, motoculteurs, imprimantes, lits pour bébés, voitures, ou encore hôtel particulier dans le centre de Lille… on trouve de tout ! Tour d’horizon des ventes en cours les plus atypiques.

76 parkas de pompiers. Il faut acheter le lot à 650€ pour pouvoir profiter de ces manteaux des soldats du feu. L’annonce du SDIS du Doubs précise qu’elles sont en bon état et en différentes tailles.
13 plaques funéraires. « Souvenir des voisins », « A mon papa » ou encore « A notre mamy » : la ville de L’Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse) a le bon goût de se séparer de 35 kg de plaques funéraires mises aux enchères à 50€ le lot. Les enchères viennent de se terminer.
Cinq stères de bois. En Seine-et-Marne, la ville de Nemours vient, elle, d’écouler un stock de chêne, d’acaccia, etc. Au total, cinq stères de bois – déjà sec – pour 220€.
Une mini-pelle. C’est l’occasion de réaliser un rêve de gosse… Si vous avez près de 7000€ à dépenser, vous pourriez peut-être acheter ce petit engin de chantier de 2,5 tonnes proposé par le Syndicat d’équipement des communes des Landes.
Un château en Charente-Maritime. On dirait (presque) Moulinsart ! Si vous rêvez d’une vie de château, celui de la commune de Saint-Jean-d’Angély, en Charente-Maritime, est à vendre à 533 000€. Plus de 3000 m² habitables, sans compter les dépendances et le parc arboré. Gros travaux à prévoir.
Un bateau classé monument historique. Le département de la Gironde s’est séparé d’une gabare en mauvais état. Mais cette pépite – dont l’enchère démarrait à 22 880€ – est la réplique exacte bateau typique de la région construit en 1892.
Un téléphone portable HTC Touch2 à 2,75€. Il ne faudra pas faire la fine bouche et s’attendre à un modèle dernier cri. Mais pour les amateurs de vieux téléphones, la ville de Bauzelle, en Midi-Pyrénées, se sépare de nombreux modèles. « Très bon état général », précise l’annonce qui avait déjà fait l’objet hier 6 enchères.
Une table d’écoliers vintage. Les nostalgiques des anciens pupitres en bois et acier, percés au milieu pour glisser un encrier, ont pu apprécier cette vente de la ville de Reims : du mobilier scolaire à 10€ la table double.Des verres à Porto. La ville du Croisic n’a plus envie de trinquer et a mis en vente ses 19 verres à Porto (ou à digestif), en bon état, pour… 4€ le lot.
Un orgue de conservatoire. L’agglomération du Grand Besançon espère bien tirer au moins 20 592€ d’un orgue de conservatoire, au style baroque et fabriqué en 1979. Hier soir, aucune enchère n’avait été faite…
Un vélo elliptique. Vous avez pris la bonne résolution de vous remettre au sport ? Si vous pensiez investir dans du matériel de pro, sachez que la ville de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) vend deux vélos elliptiques à 150€ l’unité. L’agglomération roannaise, elle, cède un VTC à 290€.

 

Aurélie Lebelle

 

Article sur le site du Parisien ici
Both comments and pings are currently closed.

Les commentaires sont fermés.