Enchères. Le Brestois Bewide lance l’achat immobilier sur le web – 25/03/16

ouest-france

 

 

Huit ans après la création d’un site d’enchères de matériel usagé des collectivités, la société brestoise Bewide lance la même formule pour l’immobilier. Des recrutements sont prévus.

 

2016-03-25_of

Julie Gadais, directrice de Bewide, et Marie Le Roy, chargée de projet web,
travaillent au lancement d’un site d’enchères de biens immobiliers des collectivités.

 

Des enchères immobilières

Envie de vivre dans une caserne de gendarmerie ou de reprendre un village vacances ? Ce sera bientôt possible grâce à Bewide, société brestoise d’informatique. L’équipe, composée d’une quinzaine de personnes, travaille sur une plateforme internet permettant à n’importe qui de participer à des enchères immobilières émises par des collectivités.

Pour le moment, l’entreprise en est à la phase de commercialisation auprès des mairies, hôpitaux et autres services départementaux d’incendie. Deux contrats ont déjà été signés avec des municipalités, dans l’Eure et en Ille-et-Vilaine. Ils portent sur des biens qui ont obligatoirement fait l’objet d’une procédure de désaffectation.

 

« Ni vendeurs ni notaires »

D’ici « un mois et demi à deux mois », selon Thierry Le Scao, président (*), les internautes pourront se connecter sur le site « Web enchères immo », puis faire leur choix parmi les biens proposés. « Pour éviter les enchères fictives, on oblige les personnes à visiter le bien. Un code leur est remis à ce moment-là, leur permettant ensuite d’enchérir », explique Julie Gadais, directrice de Bewide.

La société ne se verse pas de commission sur les ventes, mais facture ses prestations de conseil et mise en ligne de l’annonce. « On n’est pas des agents commerciaux, ni des notaires, prévient Thierry Le Scao. Notre métier, c’est de proposer des outils. » Tout se fait à distance, depuis les locaux, place de Strasbourg.

« Web enchères immo » a beau n’être pas encore actif, les responsables ne sont pas trop inquiets pour l’avenir. Ils savent qu’ils pourront s’appuyer sur un important réseau de collectivités. En 2008, Thierry Le Scao créait en effet « Web enchères », un site fonctionnant sur le même principe, mais avec des biens mobiliers : véhicules, meubles…

Lire aussi : Matériel. Ces villes qui vendent leurs affaires aux enchères

 

200 000 visiteurs/mois

 

Pour convaincre les vendeurs, la société a un triple argument : « Ça leur permet de déstocker du matériel dormant, de rentrer dans une économie circulaire, et de faire preuve de transparence. »

Ça a marché. Outre les 200 000 visiteurs uniques chaque mois, « nous avons plus de 1 000 clients dans toute la France, qui nous versent un abonnement à l’année. » Dans le lot, les municipalités de Marseille, Saint-Étienne, les pompiers du Finistère… La Ville de Brest n’est plus sous contrat, mais a déjà vendu des préfabriqués et des véhicules. Parmi les ventes les plus insolites, citons cette cabine téléphonique transformée en douche !

Malgré un concurrent en région parisienne, l’entreprise brestoise se porte bien. « Notre croissance n’est pas loin des 30 % », se réjouit Julie Gadais. Les salariés devraient bientôt être rejoints par d’autres. « On est en recrutement permanent de développeurs et de commerciaux. D’ici cinq ans, on espère avoir doublé, voire triplé notre effectif ! »

 

(*) Thierry Le Scao préside le groupe Gesfi, qui englobe Bewide et Gescime (gestion informatique de cimetières, 25 salariés à Brest).

Delphine VAN HAUWAERT

lire l’article sur le site de Ouest France

Both comments and pings are currently closed.

Les commentaires sont fermés.