Meurthe-et-Moselle : les collectivités se mettent à la vente aux enchères sur le web – 03/11/15

est-republicain

 

 

 

La mise aux enchères sur internet : c’est le « filon » de plus en plus exploité par les collectivités pour se débarrasser de leurs matériels réformés.

 

Un bureau d’écolier à 10 €, un lot de 13 illuminations de Noël à 110 € ou encore un camion équipé d’une lame de déneigement à 7.000 €, une fourgonnette de 120.000 km à 2.000 €… Si ça vous tente pour décorer votre maison, déneiger votre entrée de garage cet hiver, sachez que ces matériels sont mis aux enchères ! Non pas par des particuliers ou des entreprises. Mais ils le sont respectivement par la mairie de Seichamps, celle de Bouxières-aux- Dames ou encore les communes d’Etival Clairefontaine et de Gérardmer. Et pas besoin de se rendre à une vente des Domaines ou d’aller côtoyer un commissaire-priseur. Encore moins nécessaire de faire une proposition sous pli cacheté…

 

Pas des sommes folles

Ces meubles et autre camions sont vendus directement sur internet, accessible à tous, d’un clic. C’est le « filon » de plus en plus exploité par les collectivités pour se débarrasser facilement de matériels réformés ou encombrants. Outre Seichamps ou Bouxières, des mairies comme Sarreguemines ou le département de Moselle sont entrés dans la danse. Bien d’autres vont suivre : le mouvement, lancé il y a quelques années, ne fait que s’amplifier. Il passe par des plateformes internet comme webencheres.com où seules les collectivités et organismes publics peuvent vendre, moyennant prélèvement d’une commission, mais où tout le monde peut acheter : particuliers, professionnels… Avantage pour les acheteurs comme les associations ou les privés : on peut y trouver du matériel à bon prix et parfois de l’improbable. C’est un chalet de marché de Noël à 500 €, une armoire de stérilisation pour couteaux à 50 € ou un lot de poutres en chêne à 100 €.

Le Grand Nancy va entrer dans la valse début janvier, ouvrant la porte par la même occasion aux communes membres qui le souhaitent. Une manière de racler les fonds de tiroir ? « On ne va pas gagner des sommes folles de nature à bouleverser les budgets ! », sourit son vice-président Jean-Pierre Dessein.

2015-11-04_est-republicain

 

Exit les procédures lourdes

« Il est néanmoins vrai que les périodes délicates nous incitent davantage à utiliser toutes les solutions possibles. La marge sur la vente de véhicules réformés sera certes plus intéressante puisque les enchères seront facilement accessibles à tous. Mais le gain se fait surtout sur les frais de stockage voire d’élimination des matériels ». Et surtout, grâce à une délibération prise en ce sens, la procédure sera simplifiée. C’est tout simplement le mieux disant qui l’emporte. Dans le temps, il fallait passer par des procédures lourdes pour céder des petites choses. Je me souviens, en qualité de maire d’Art-sur-Meurthe, avoir demandé à la communauté urbaine dix vieilles dalles dont elle n’avait plus l’usage pour ma commune. Il a fallu un arrêté pour me les céder gratuitement. Et de rire : « Je suis redevable à vie de dix dalles à André Rossinot ». Puis ajouter plus sérieusement : « Nous allons pouvoir céder plus facilement des matériels. Deux ou trois photos, quelques clics et ce sera bon pour une mise aux enchères ». Alors, qui dit mieux ?

 

Ghislain UTARD

consulter l’article sur le site de l’Est Républicain

Both comments and pings are currently closed.

Les commentaires sont fermés.